Parlons tricot #3 : Bien choisir son fil

Après avoir fait un point sur les différentes aiguilles disponibles, et sur les animaux qu’on peut tricoter, je vous propose aujourd’hui de rentrer un peu plus dans le vif du sujet. On va s’intéresser de plus près au fil. Sans lui, pas de tricot. Mais quels sont les éléments à connaître pour bien le choisir ?

La nature du fil

Pour choisir un fil, on considère d’abord sa nature, c’est-à-dire « en quoi il est fait ». C’est cette question que j’avais déjà quelque peu abordée dans l’article précédent je ne la développerait donc pas ici.

Si vous débutez : je vous conseille de choisir une laine de mouton mérinos : vous aurez à la fois l’assurance d’un tricot agréable et réussi. Le mérinos est doux, agréable à tricoter, et il « pardonne » bien les petites irrégularités dues au manque de pratique.

Une fois lavé, il s’assouplit et les petits défauts ont tendance à être gommés. Bien sûr, si vous ratez une maille, le trou ne se refermera pas tout seul non plus. (Il ne faut pas exagérer, hein…) Mais les différences de tension seront nettement plus douces que sur un fil de coton ou de soie par exemple. Quelque soit le fil choisi faites-vous plaisir ! Un joli fil vous motivera à continuer et à persévérer même si les premiers rangs sont peu satisfaisants à vos yeux. N’achetez surtout pas un fil d’acrylique tout piquant parce que c’est votre premier tricot ! Vous méritez un fil doux !

L’épaisseur du fil

Fingering, lace, chunky… tous ces mots d’allure un peu barbare désignent en fait l’épaisseur du fil. Voyons comment s’y retrouver :

Laines fines

Lace : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 2,5 à 3 mm. Très adapté aux tricot d’été et à la dentelle, il fait de merveilleux châles. Il faudra vous armer de patience pour le tricoter des ouvrages délicats. Mais ça vaut vraiment le coup !

Light fingering : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 3 à 3,5 mm. Légèrement plus fin que la fingering, il peut s’utiliser pour de la layette, des châles d’été ou des chaussettes.

Fingering : Mon fil chouchou ! Il se tricote avec des aiguilles de 3,5 à 4 mm. Il est parfait pour des châles, des gilet ou des pulls à la fois moelleux et élégants. J’aime particulièrement le joli drapé que ce fil apporte.

Sport : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 4 à 4,5 mm. On l’utilise pour des pulls, des gilets ou des accessoires d’automne – hiver (bonnets, mitaines…) Il apporte un joli relief au tricot.

Laines épaisses

DK : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 4,5 à 5 mm. Il est deux fois plus épais que le fil fingering. D’où sont nom « Double Knit ». Le DK est tout à fait adapté à la saison hivernale. A vous les bonnets bien moelleux, les pulls super cosy, les jolies torsades et les points en relief !

Worsted / Aran : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 4,5 à 5 mm. Il fera de merveilleux pulls et gilets pour les frileux ! On peut aussi l’utiliser pour des accessoires.

Bulky : Ce fil se tricote avec des aiguilles de 5,5 à 6 mm. Très moelleux, il explose le quota de cocooning. Avec lui, pas question d’avoir froid cet hiver !

Chunky : encore plus épais que la bulky, ce fil se tricote avec des aiguilles supérieures à 6 mm. Je n’utilise jamais ces épaisseurs de fil, car même si la rapidité de tricot fait rêver, je trouve le tricot inconfortable avec de si grosses aiguilles ! Ce fil sera parfait pour réaliser de jolis accessoires pour la maison en un clin d’œil (plaid, poufs, coussin…) ou pour achever en deux temps trois mouvement le bonnet que vous deviez offrir à Tata Jeanine pour son anniversaire qui est dans trois heures…

NB : Plus un fil sera fin, plus le métrage sera élevé. Par exemple pour le même poids de fil, on aura environ 420 m de fil Lace contre moins de 100 g de fil Chunky !

Si vous débutez : commencer par un fil moyen, pour que le tricot « avance plus vite » est une excellente idée. Si vous voulez réaliser un petit accessoire par exemple, une laine tricotée avec des aiguilles de 4 mm à 5 mm est parfaite. Elle vous donnera la satisfaction de voir grandir votre ouvrage sans trop de difficulté.

La couleur du fil

Coloris solide, semi solide, à speckles – La Fée FIl

Coloris « solide » : une couleur unie, sans variations. Si vous tricotez des rayures avec deux couleurs solides, la transition d’une couleur à l’autre sera nette.

Coloris « semi-solide » : une couleur unie avec des nuances plus claires ou plus sombres. Elle crée un dégradé naturel qui donne beaucoup de style.

Coloris à « speckles » : une couleur avec des points colorés, des changements de couleur et beaucoup de nuances marquées.

Gradient : le fil est teint du plus clair au plus foncé, ou l’inverse.

Autorayant : le fil est teint pour créer des rayures automatiquement, c’est un fil parfait pour les chaussettes par exemple.

Fil Gradient La Fée Fil – Châle Brigit (patron dispo dans l’onglet Boutique)

Bon tricot !

Au prochain épisode, nous verrons plus en détail comment choisir les couleurs et les agencer entre elles.

En boutique : le châle Colorama

Vous le savez peut-être déjà, une gamme de patrons de tricot est disponible dans l’onglet Boutique. Après des années de tricotage intensif, j’ai fini par me lancer et proposer mes propres modèles. Ce que je préfère imaginer, c’est de loin les châles ! Parce qu’ils se portent presque toute l’année, qu’ils habillent une tenue et sont toujours très agréables à offrir ou à porter soi-même.

Aujourd’hui j’aimerai vous parler du petit dernier, fraîchement tombé de mes aiguilles : un modèle de châle-étole parfait pour les beaux jours. A la base de ce châle il y a une volonté d’utiliser un maximum de mes restes de laine, d’optimiser mon stock et de tricoter toutes les mini-pelotes que je gardais précieusement : restes de projets offerts et tricotés avec amour, souvenir de designs et de longues heures de calculs, ou projet plaisir tricoté vitesse grand V…

Alors j’ai imaginé un châle souvenir, parfait pour s’envelopper pendant les soirées un peu fraîches. Un châle plein de couleurs, qu’on tricoterait avec émotion comme si on visionnait un diaporama de photo… Colorama était né.

A propos du modèle :

Anatomie du châle : Colorama est un châle de forme rectangulaire, facile à porter. Il est décoré d’une dentelle simple à tricoter, accessible à une débutante en tricot motivée. Des jeux de rayures rythment le corps du châle, pour rendre le tricot plus agréable et éviter tout ennui.

A qui s’adresse ce modèle ? Si vous débutez et que vous voulez découvrir le tricot dentelle, Colorama est fait pour vous ! Il ravira aussi les tricoteuses plus chevronnées qui cherchent un modèle détente à tricoter en terrasse en sirotant un sirop bien frais…

Quel matériel est nécessaire ? Des restes de laine (au moins 200 g si votre laine est fine comme la mienne) et des aiguilles à tricoter. Ce modèle est entièrement adaptable à votre stock de laine : vous pouvez allonger ou raccourcir certaines sections selon la taille de vos pelotes, changer de numéro d’aiguilles si votre laine est plus ou moins épaisse… J’ai utilisé 11 couleurs, et des restes de 20 à 30 g d’une laine fine type fingering qui se tricote en 3, 5 mm.

A quoi m’attendre dans le patron ? Le patron vous donne les instructions nécessaire afin de tricoter le châle. Il est rédigé en français. Un glossaire détaille les abréviations utilisées et le point dentelle est détaillé rang par rang. Un guide vous aide dans le choix et l’agencement des couleurs entre elles, et vous donne des pistes pour adapter le patron à votre stock de laine.

Envie d’en savoir plus sur ce modèle ? Découvrez le dernier Podcast Créatif qui lui est dédié sur la chaine vidéo du blog.

Et si ce modèle vous plaît, vous pouvez le retrouver dès maintenant en boutique. Je vous dis à bientôt pour de nouveaux tricots !

Alexia

Parlons tricot #2 : Ces animaux qu’on tricote

Dans l’article précédent, je vous expliquais comment bien choisir vos aiguilles à tricoter. Aujourd’hui, je vous propose de faire un focus sur celle sans qui aucun tricot ne peut voir le jour : la laine bien sûr !

Et la première chose à savoir avant d’acheter une pelote, c’est qu’elle peut provenir de différents animaux. Avant d’arriver sur nos aiguilles, la laine a tenu bien chaud différentes espèces. Et oui, il n’y a pas que le mouton dans la vie ! Découvrons ensemble ceux dont le pelage soyeux nous permettra de tricoter, et vous allez voir chacun a ses particularités.

n°1 Le mouton : la star des laines

Il existe de nombreuses races de mouton, et chacune a un pelage différent : certains seront plus doux, d’autres plus résistants, faciles à teindre, ou au contraire plus jolis au naturel… Une des laines que j’affectionne le plus est celle du mouton mérinos élevée massivement en Australie, en Nouvelle-Zélande mais aussi en France ! Le mérinos d’Arles est par exemple très connu, il fournit une laine douce et très agréable à tricoter. On l’utilise aussi bien pour des gilets ou des pulls que pour des couvertures moelleuses à souhait.

L’astuce de la tricoteuse : Ce fil bien rond mettra en valeur vos torsades et points en relief comme personne !

n°2 : La chèvre angora : le mohair

Tricoté seul pour son effet vaporeux et son halo si particulier, le mohair est une fibre très appréciée qui nous vient de … la chèvre ! Celle-ci a un poil tout frisé, qui donnera un fil très délicat.

L’astuce de la tricoteuse : Pour donner encore plus de moelleux à un pull, châle ou gilet, tricotez votre fil principal en le doublant d’un fil de mohair. Effet doudou garanti !

n°3 : L’alpaga (ou alpaca)

Originaire d’Amérique du Sud, ce drôle de lama à la bouille caractéristique est aussi très recherché pour son pelage qui donne une fibre luxueuse plus douce et plus légère que la laine de mouton. On donne le nom d' »alpaga » aux pelotes obtenues d’après sa toison. Le fil tient bien chaud, il est parfait pour un poncho d’hiver par exemple.

L’astuce de la tricoteuse : Privilégiez un modèle avec un point simple car son côté « poilu » ne met pas forcément en valeur torsades et points en relief.

n°4 : Le cachemire

Il provient d’une chèvre de l’Himalaya, et c’est sans doute l’un de fils les plus coûteux. Chaque animal fournit peu de poil. La longue toison recueillie peut se mélanger à d’autres fibres.

L’astuce de la tricoteuse : Un de mes fils mixte chouchou : le MCS ou mérinos-cachemire-soie… A la fois doux, brillant et léger… à tester au moins une fois dans sa vie !

n°5 : La soie

Elle provient du dévidage des cocons du ver à soie (le Bombyx Mori) et elle est surtout produite en Inde ou en Chine, même si on trouve encore quelques producteurs en France. C’est un fil luxueux, souvent mélangé à d’autres fibres pour obtenir des fils mixtes. Elle donne un côté chic à la fibre un véritable éclat à la couleur.

L’astuce de la tricoteuse : privilégiez les fils mixtes contenant de la soie, plutôt qu’un fil 100% soie très coûteux et qui s’usera plus.

n°6 : Le yack

Au Tibet ou en Mongolie, il fait si froid que le yack est bien content d’avoir un pelage si couvrant ! Moins connu que les autres animaux, il fait tout de même parler de lui dans le monde du tricot et certaines marques proposent désormais des fils à base de poil de yack. J’ai eu l’occasion d’en tricoter une fois : la fibre est douce, chaude et agréable à travailler. Le poil de yack est souvent mélangé à d’autres fibres, ce qui permet de le rende plus accessible. On citera par exemple la laine URGA de Fonty (yack et mérinos).

Alors, quelle laine allez-vous utiliser dans vos prochains tricots ?

J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir des laines originales et je vous dis à bientôt pour le prochain épisode de notre saga spécial tricot : on parlera de la taille des fils et de la façon de bien la choisir !

En attendant je vous souhaite une belle semaine et je vous laisse avec mes deux compères préférés… Parce que les alpacas, ça a le poil doux, mais ça aide aussi à faire le plein de bonne humeur !

Bien chez moi #3 : inviter la créativité

Et si vous profitiez de cette période de confinement pour développer votre créativité ? La pratique d’un loisir créatif a de nombreux avantages : elle permet de se détendre, de s’évader, de stimuler l’imagination de façon positive. S’accorder une pause DIY est donc une excellente idée pour décompresser, seul, en couple ou en famille avec les enfants.

Si vous avez peu de temps à consacrer à un loisir en ce moment, essayez quand même : un simple quart d’heure créatif dans une journée peut vous aider à garder le moral au beau fixe, et à relâcher la pression. Vous pouvez choisir un créneau fixe si votre emploi du temps le permet, ou profiter d’un moment creux dans une journée pour vous lancer : éteignez la télé une heure, oubliez un temps les écrans et sortez ciseaux, laine, papier… pour vous détendre sans technologie !

Voici quelques idées de loisirs créatifs à pratiquer pour vous évader…

N°1 : Le doodling { le dessin facile }

Parce qu’il est accessible à tous, nécessite peu de matériel et aucun savoir-faire complexe, le doodling sera parfait pour vous détendre. Il nous arrive à tous de « gribouiller » machinalement sans but initial : quand on a un bloc note à portée de main près du téléphone, en écoutant une conférence… Le doodling nous invite à reproduire ce geste. On dessine selon son inspiration des formes géométriques, des lettres, de petits personnages, des fleurs pour remplir l’espace de la feuille… L’idée est de garder un tracé simple et d’ajouter de jolies couleurs si on le souhaite. Du petit dessin, à la page entièrement remplie de formes géométriques il n’y a qu’un pas… A vous de trouver votre style et votre univers ! Vous pouvez utiliser de simples feuilles de papier ou commencer un carnet dans lequel vous pourrez dessiner à l’envie. Essayez vous verrez, on se prend vite au jeu !

Envie de vous lancer ?

Inspirez-vous sur le site de Julie Adore, qui a sorti un livre sur le doodling.

Matériel nécessaire : papier, stylo à pointe fine. Et des feutres, crayons du couleur ou peinture pour colorer les motifs si vous le souhaitez.

Le saviez-vous ? Le doodling est notamment utilisé dans la décoration du bullet journal : agenda créatif illustré de petits dessins.

N°2 : le tricot { la parenthèse douceur }

Tricoteuse invétérée, je ne pouvais pas faire un article DIY sans mentionner mon loisir créatif chouchou ! Il n’y a pas d’âge pour commencer à tricoter, et monter ses premières mailles. Si vous êtes débutante, je vous conseille une laine et des aiguilles moyennes, comme ça votre ouvrage avancera vite et vous aurez la satisfaction de le voir bientôt terminé. Le tricot demande un geste répétitif, qui relaxe et apaise.

Vous débutez ? Privilégiez quelque chose de simple et de droit : vous n’aurez ainsi qu’à monter un nombre de mailles et à tricoter tout du long ce qui est plus simple quand on débute. Vous pouvez par exemple faire une étole de forme rectangulaire (parfaite pour vous envelopper les soirées fraîches de printemps !) en tricotant un rectangle. Si vous préférez commencer plus petit, pensez aux accessoires déco pour la maison : coussins pour le canapé, sous-tasse colorées en faisant de petits carrés… Côté points, le point mousse (on tricote tous les rangs à l’endroit) ou le point jersey (un rang à l’endroit, un rang à l’envers) sont parfaits pour se détendre.

Vous tricotez déjà ? Rejoignez-nous pour le KAL Bernadette ! Toutes les infos sont à retrouver ici.

Matériel nécessaire : aiguilles à tricoter (diamètre 4,5 mm ou 5 mm), laine

Le saviez-vous ? Il est aussi possible de tricoter sans aiguilles, en se servant de vos bras, c’est le « arm-knitting » ! Cette pratique, plus « sportive » que le tricot traditionnel a aussi ses adeptes.

N°3 : le scapbooking { faire de jolis souvenirs }

Le scrapbooking consiste à créer un montage en collant des photos avec d’autres éléments décoratifs papiers fantaisie, formes, lettres en relief, boutons, fleurs … Les photos sont ainsi mises en valeur par le décor, et votre album photo devient une vraie oeuvre d’art ! Vous pouvez commencer un album, en embellir un existant ou opter pour une version collage géant, comme un poster sur une grande feuille de papier que vous pourrez même afficher ou encadrer si vous le souhaitez.

Amusez-vous en faisant un clin d’œil à la thématique de la photo, ajoutez des éléments qui la rappellent ou la complètent (bateau pour une photo de plage …), ou qui ont pour vous une signification en rapport avec le moment où la photo a été prise. On peut aussi ajouter le lieu, la date, le nom des personnes présentes sur les photos, ou des mots choisis dans une jolie calligraphie.

De quoi vous faire des souvenirs vraiment inoubliables. Et pourquoi ne pas offrir l’album à des proches quand vous le pourrez ? C’est une jolie pensée qui leur fera sans doute plaisir.

Inspirez-vous en découvrant de jolis blogs de scrapbooking comme Flo Scrapbooking.

Matériel : photos, ciseaux, papiers colorés ou simple papier blanc, feutres, rubans, dentelles, fleurs séchées… Vous l’avez compris, le principal ingrédient de la recette c’est l’imagination alors voyez ce que vous avez sous la main et foncez !

Le saviez-vous ? Vous allez enfin pouvoir vous amuser avec les 10 000 photos qui attendaient dans le placard. C’est chouette, non ?

J’espère que cet article vous inspirera à commencer un loisir créatif, ou à en reprendre un ! Et vous, pratiquez-vous des loisirs créatifs en ce moment ?

Parlons tricot #1 Quelles aiguilles choisir ?

Si l’article précédent vous a donné envie d’apprendre le tricot en 2020, vous vous posez sans doute des questions sur le matériel qui va vous être nécessaire. Afin de vous aider à faire les bons choix, je vous propose tout d’abord un tour d’horizon de l’élément le plus important dans votre trousse de tricoteuse : les aiguilles.

Il existe deux « familles » d’aiguilles à tricoter : les aiguilles droites et les aiguilles circulaires. Découvrons les avantages et les inconvénients de chacune.

Les aiguilles droites

Constituées d’une tige terminée en pointe, elles sont encore beaucoup utilisées aujourd’hui. Elles sont abordables et on peut les acheter dans n’importe quelle mercerie. Elles sont disponibles dans différentes longueurs afin de s’adapter à la quantité de mailles du projet.

Toutefois, elles peuvent vite devenir encombrantes et peu faciles à transporter vu leur longueur si on tricote un ouvrage nécessitant beaucoup de mailles (comme un pull par exemple.) Elles obligent également à tricoter « à plat » et en allers-retours les différentes pièces du tricot, que l’on devra ensuite coudre entre elles.

Les aiguilles circulaires

Ce type d’aiguille se serait répandu depuis l’Allemagne dans les années 1935. Il permet de tricoter à plus grande vitesse, ce qui était un atout précieux pour la production. Après s’être répandu en Europe du Nord, il a aujourd’hui conquis de nombreuses tricoteuses professionnelles et débutantes partout dans le monde.

Ce type d’aiguille est constitué de deux aiguilles courtes reliées par un câble souple de longueur variable. Certaines sont dites « fixes » (c’est à dire que le câble ne peut pas être changé) tandis que d’autres sont interchangeables. On utilise alors une petite « clé » pour dévisser l’aiguille et changer le câble.Tandis que les aiguilles droites contiennent toutes les mailles sur la tige de l’aiguille, les aiguilles circulaires permettent de les laisser glisser sur le câble. On peut adapter la longueur du câble au nombre de mailles.

Aiguilles circulaires interchangeables. Aiguilles, câble et clé de serrage en métal.

Les aiguilles circulaires présentent de vrais avantages :

Avantage n°1 : la facilité de transport

Plus besoin de sac gigantesque : le câble souple se glisse facilement dans un pochon … ou même dans votre sac à main si votre projet du moment est un petit accessoire ! Vous pouvez ainsi emporter votre tricot et tricoter partout : dans le métro, le bus, la salle d’attente du médecin, dans un café…

Avantage n°2 : le confort d’utilisation

La position de tricot n’est pas la même avec des aiguilles circulaires, puisqu’on peut tenir les aiguilles bien plus près du corps. Les épaules sont plus basses et les mouvements sont facilités. Elles permettent à la tricoteuse de moins se crisper ou se fatiguer. C’est l’élément qui m’a le plus surprise lorsque j’ai échangé mes aiguilles droites contre des circulaires. J’avais souvent des crampes au coude ou à l’épaule après une heure de tricot. Une fois passée sur les aiguilles circulaires elles ont disparues et je peux tricoter plus longtemps sans aucun inconfort.

Avantage n°3 : on oublie les coutures !

Savez-vous pourquoi on appelle les aiguilles circulaires « circulaires » ? Car leur câble souple permet de tricoter « en rond ». Contrairement aux aiguilles droites (sur lesquelles on tricote tout à plat), les aiguilles circulaires permettent aussi de tricoter « en volume » et donc de façonner le tricot directement sans coutures. On peut par exemple tricoter une manche directement en « tube » sur le pull. Je ne vais pas vous le cacher, après plusieurs essais décevants de tricots avec couture cette possibilité m’a changé la vie ! Donc si vous voulez tricoter, mais que la couture d’un tricot à la main ne vous dit rien, foncez !

Manche tricotée en rond- Source image Lise Tailor

Les aiguilles circulaires ne sont pas disponibles dans toutes les merceries, mais vous les trouverez facilement sur Internet. Elles sont un peu plus chères que les aiguilles droites. De plus, si vous tricotez « en rond » il vous faudra adapter les explications de votre point de tricot s’il est rédigé pour un modèle tricoté « à plat ».

Quelle matière choisir pour mes aiguilles ?

Droites ou circulaires, les aiguilles sont disponibles dans différentes matières. Voici un petit tour d’horizon pour vous aider à choisir.

J’apprécie particulièrement les aiguilles en bois, sur lesquelles les mailles glissent bien. Ce matériau chaleureux est parfait pour des pauses tricot cocooning. Vous pouvez opter pour un bois naturel non teint ou pour un bois peint plus fantaisie.

Les aiguilles en métal sont souvent plus pointues que celles en bois. Elles sont très pratiques pour des tricots à fil fin comme les chaussettes ou la layette délicate. Elles existent dans différentes couleurs et certaines marques proposent même des modèles carbone, encore plus légers.

Les aiguilles en plastique sont les moins chères. Elles offrent un immense éventail de couleurs et de finitions. Si vous voulez essayer de nouvelles aiguilles, ça peut être une bonne solution néanmoins elles seront moins résistantes que les aiguilles en bois ou métal. De plus, la laine peut accrocher sur certains modèles.

Notions de base pour choisir les bonnes aiguilles

N°1 : La bonne longueur tu choisiras

Sélectionnez une paire aiguille (ou un câble sur les aiguilles circulaires) assez longue pour contenir toutes vos mailles. Pensez à regarder le nombre final de mailles de votre projet pour être bien sûre de votre choix et suivez les conseils de votre patron de tricot.

N°2 : Un échantillon tu réaliseras

Avant de tricoter, pensez à réaliser un échantillon, il vous permettra de vérifier que votre taille d’aiguille est adaptée à l’épaisseur de votre laine, ou à tester vos combinaisons de couleurs pour vérifier leur harmonie. Pour faire un échantillon, on monte un nombre de mailles données par le patron et on vérifie ensuite que le résultat est identique à celui indiqué. Chaque tricoteuse a une tension différente, il est donc important de vérifier cet élément surtout pour les pulls ou gilets qui pourraient être trop petits ou trop grands selon votre tension et la laine choisie.

N°3 Différents modèles tu essayeras

Les aiguilles à tricoter, c’est comme une paire de chaussures. Difficile d’être sûre que c’est le bon choix sans les avoir essayées ! Vous n’allez peut-être pas trouver les aiguilles de vos rêves du premier coup alors, testez, tricotez sur différentes aiguilles pour trouver ce qui vous plaît. Si vous optez pour les aiguilles circulaires, vous pouvez commencer par acheter une seule paire pour essayer.

Vous voilà prête à acheter vos premières aiguilles ! Alors que choisirez-vous : aiguilles droite ou circulaires ?

Dans un prochain article, je vous expliquerai comment bien choisir votre laine et réussir à coup sûr votre tricot. A bientôt !

Alexia

Femina feminae en vidéo

Le saviez-vous ? Une chaine vidéo est désormais disponible !

Pourquoi cette chaine ?

Vous connaissez l’adage « une image vaut mieux que mille mots ». Dans cette optique, je vous propose des vidéos de cuisine et des tutoriels de DIY. Vous pourrez ainsi apprendre plus facilement de nouvelles techniques : boulange, pâtisserie, mais aussi tricot seront au menu. Pour la première vidéo de cette série, je explique comme faire votre pain maison facile et sans machine à pain. Découvrez la recette ici !

Vous pourrez également y découvrir un podcast créatif, dans lequel je vous parle de mes créations textiles et des dernières mises à jour de la boutique. Un podcast à écouter avec une bonne tasse de thé, et pourquoi pas en tricotant ! Le premier épisode de l’année 2020 est en ligne ici la luminosité n’est pas idéale mais j’essaierai de faire mieux la prochaine fois.

Bonne découverte et n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne pour être informées des nouvelles vidéos.

Alexia

10 bonnes raisons de vous mettre au tricot !

Le tricot est entré dans ma vie il y a plus de 10 ans et nous filons depuis une belle histoire d’amour… Parmi tous les loisirs créatifs que je pratique, c’est celui que je conseille le plus aux femmes qui souhaitent débuter une activité manuelle épanouissante. Il est revenu à la mode depuis plusieurs années et gagne vraiment à être connu. Voici 10 bonnes raisons de commencer à monter des mailles cette année !

1. Un vrai moment de relaxation

Le tricot comporte des mouvements répétitifs (mais jamais ennuyeux) qui contribuent à une vraie réduction du stress. Cet effet calmant est plus que bienvenu dans des journées souvent chargées. Le tricot est un moyen de vous recentrer, et de vous concentrer. Il demande un minimum de matériel, et le seul outil digital requis, ce sont vos mains ! Un retour aux sources qui fait du bien dans une époque très (voire trop) numérique. Pour un moment encore plus cocooning; choisissez une laine douce de qualité et des aiguilles en bois (moins agressives que leurs cousines en métal ou en plastique). N’oubliez pas que le tricot se vit avant tout au travers du toucher, alors faites-vous plaisir même si vous débutez !

2. Un loisir qu’on peut pratiquer partout

Contrairement à d’autres loisirs créatifs qui demandent plus de matériel, le tricot est complètement nomade. Votre ouvrage du moment se glisse facilement dans votre sac à main, une pochette… Vous pouvez ainsi tricoter où et quand vous le souhaitez : dans les transports en commun, en attendant un rendez-vous dans la salle d’attente, à votre pause déjeuner… Pour encore plus de praticité, optez pour des aiguilles circulaires encore plus faciles à transporter. Contrairement à leurs cousines appelées aiguilles droites et complètement rigides, les aiguilles circulaires sont courtes et reliées par un câble flexible. Donc faciles à ranger.

3. Des créations vraiment utiles

Fini les objets qui prennent la poussière, avec le tricot vous pouvez porter vos créations au quotidien et elles prennent peu de place une fois pliées dans le placard ! En faisant entrer des éléments tricotés mains dans votre dressing, vous serez sûre d’avoir un look vraiment original. On est toujours très heureux et fier de pouvoir porter quelque chose qu’on a fait soi-même. C’est une approche complètement différente du vêtement qui a alors à nos yeux beaucoup plus de valeur : celle du temps passé à le confectionner.

4. Au revoir la laine qui pique

On dit souvent que la laine pique, gratte… pourtant tricoter vous-même vous permet de choisir des fils bien plus doux et qualitatifs que ceux que vous pouvez trouver en grande distribution. Alpaga, mohair, mérinos, cashemere… les variétés de fils sont nombreuses et vous trouverez forcément votre bonheur. En choisissant un fil teint à la main, non traité par des produits chimiques, vous aurez un vêtement plus souple, plus douillet et aussi plus durable dans le temps. Tricoter un fil teint à la main par un artisan, c’est aussi aider un créateur à vivre de sa passion.

5. Une déco cocooning

Tricoter des vêtements ne vous dit rien ? Transformez votre lieu de vie en véritable nid douillet grâce à des accessoires tricotés : plaid cocooning pour le canapé, coussins moelleux, tapis originaux… A vous la déco ! Jouez avec les couleurs et les diamètres de fils pour faire entrer vos tricots dans l’ambiance de votre maison. Pour un entretien facile, choisissez un fil qui passe en machine, éventuellement en coton. Le fil Hooked Spaghetti, fait à base de tee-shirts recyclés est un excellent fil pour les accessoires déco (corbeilles, petits paniers…)

6. Tricoter c’est facile

Apprendre à tricoter, ce n’est pas compliqué surtout aujourd’hui ! Le tricot de nos grands-mères a évolué. Il a tissé sa toile jusque sur Internet, et on trouve de nombreux tutoriels et vidéos en ligne pour débuter. Pour tricoter il n’est pas nécessaire de prendre des cours ou de connaître des points complexes : le point mousse et le jersey permettent déjà de très nombreuses variations sans prise de tête ! Pour commencer, il est recommandé d’utiliser des aiguilles de diamètre moyen et une laine plutôt épaisse, vous irez ainsi plus vite !

7. Tisser des liens

Tricots-thé, soirées créatives, salons du DIY : les manifestations autour du tricot se multiplient. Car le tricot c’est aussi un loisir convivial et festif qui nous rapproche ! C’est l’occasion d’échanger, de discuter avec d’autres tricoteuses, de vous inspirer pour de nouveaux projets et tout simplement de passer un bon moment. N’hésitez pas à vous renseigner, des groupes de tricot existent peut-être près de chez vous ! Et pourquoi ne pas débuter le tricot à plusieurs ? Motivez votre sœur, vos amies, vous pourrez vous motiver et progresser ensemble.

8. Une façon de gâter vos proches

Offrir un tricot, c’est offrir de l’amour avec des mailles autour. Dit comme ça, ça peut paraître vraiment guimauve. Pourtant c’est vrai ! Choisir le bon fil, le bon modèle, comparer les couleurs, s’appliquer vraiment pour que le résultat soit à la hauteur. Tout cela prend du temps. Quand on offre un tricot, on offre tout ce temps passé, et un peu de soi-même. Et vous savez quoi ? Quand on voit le grand sourire sur le visage de celui qui reçoit son cadeau tricoté, on se dit que ça valait vraiment le coût !

9. C’est bon pour le moral

Une fois les premiers points acquis, vous allez très vite avoir de nouvelles idées à tricoter ! Le tricot est un loisir qui fait travailler votre créativité : entre les associations de couleur, de textures, les formes, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie. Bientôt vous allez vouloir apprendre de nouvelles techniques, comprendre comment sont réalisés vos pulls préférés, tester des bases de laines étonnantes… Et tout ça va booster votre moral en même temps que votre créativité.

10. Faire vivre un savoir-faire

Le tricot existe depuis des générations. Le pratiquer, c’est le faire vivre, et contribuer à préserver un vrai savoir-faire centenaire et qui nous fait du bien ! Le temps passe, et le tricot reste. Les techniques employées sont ancestrales, mais les outils, les couleurs, les modèles évoluent pour vivre avec chaque nouvelle génération de tricoteuses. Ainsi il ne se démode jamais !

Alors, qu’attendez-vous pour vous mettre au tricot cette année ?

Alexia