Parlons tricot #2 : Ces animaux qu’on tricote

Dans l’article précédent, je vous expliquais comment bien choisir vos aiguilles à tricoter. Aujourd’hui, je vous propose de faire un focus sur celle sans qui aucun tricot ne peut voir le jour : la laine bien sûr !

Et la première chose à savoir avant d’acheter une pelote, c’est qu’elle peut provenir de différents animaux. Avant d’arriver sur nos aiguilles, la laine a tenu bien chaud différentes espèces. Et oui, il n’y a pas que le mouton dans la vie ! Découvrons ensemble ceux dont le pelage soyeux nous permettra de tricoter, et vous allez voir chacun a ses particularités.

n°1 Le mouton : la star des laines

Il existe de nombreuses races de mouton, et chacune a un pelage différent : certains seront plus doux, d’autres plus résistants, faciles à teindre, ou au contraire plus jolis au naturel… Une des laines que j’affectionne le plus est celle du mouton mérinos élevée massivement en Australie, en Nouvelle-Zélande mais aussi en France ! Le mérinos d’Arles est par exemple très connu, il fournit une laine douce et très agréable à tricoter. On l’utilise aussi bien pour des gilets ou des pulls que pour des couvertures moelleuses à souhait.

L’astuce de la tricoteuse : Ce fil bien rond mettra en valeur vos torsades et points en relief comme personne !

n°2 : La chèvre angora : le mohair

Tricoté seul pour son effet vaporeux et son halo si particulier, le mohair est une fibre très appréciée qui nous vient de … la chèvre ! Celle-ci a un poil tout frisé, qui donnera un fil très délicat.

L’astuce de la tricoteuse : Pour donner encore plus de moelleux à un pull, châle ou gilet, tricotez votre fil principal en le doublant d’un fil de mohair. Effet doudou garanti !

n°3 : L’alpaga (ou alpaca)

Originaire d’Amérique du Sud, ce drôle de lama à la bouille caractéristique est aussi très recherché pour son pelage qui donne une fibre luxueuse plus douce et plus légère que la laine de mouton. On donne le nom d' »alpaga » aux pelotes obtenues d’après sa toison. Le fil tient bien chaud, il est parfait pour un poncho d’hiver par exemple.

L’astuce de la tricoteuse : Privilégiez un modèle avec un point simple car son côté « poilu » ne met pas forcément en valeur torsades et points en relief.

n°4 : Le cachemire

Il provient d’une chèvre de l’Himalaya, et c’est sans doute l’un de fils les plus coûteux. Chaque animal fournit peu de poil. La longue toison recueillie peut se mélanger à d’autres fibres.

L’astuce de la tricoteuse : Un de mes fils mixte chouchou : le MCS ou mérinos-cachemire-soie… A la fois doux, brillant et léger… à tester au moins une fois dans sa vie !

n°5 : La soie

Elle provient du dévidage des cocons du ver à soie (le Bombyx Mori) et elle est surtout produite en Inde ou en Chine, même si on trouve encore quelques producteurs en France. C’est un fil luxueux, souvent mélangé à d’autres fibres pour obtenir des fils mixtes. Elle donne un côté chic à la fibre un véritable éclat à la couleur.

L’astuce de la tricoteuse : privilégiez les fils mixtes contenant de la soie, plutôt qu’un fil 100% soie très coûteux et qui s’usera plus.

n°6 : Le yack

Au Tibet ou en Mongolie, il fait si froid que le yack est bien content d’avoir un pelage si couvrant ! Moins connu que les autres animaux, il fait tout de même parler de lui dans le monde du tricot et certaines marques proposent désormais des fils à base de poil de yack. J’ai eu l’occasion d’en tricoter une fois : la fibre est douce, chaude et agréable à travailler. Le poil de yack est souvent mélangé à d’autres fibres, ce qui permet de le rende plus accessible. On citera par exemple la laine URGA de Fonty (yack et mérinos).

Alors, quelle laine allez-vous utiliser dans vos prochains tricots ?

J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir des laines originales et je vous dis à bientôt pour le prochain épisode de notre saga spécial tricot : on parlera de la taille des fils et de la façon de bien la choisir !

En attendant je vous souhaite une belle semaine et je vous laisse avec mes deux compères préférés… Parce que les alpacas, ça a le poil doux, mais ça aide aussi à faire le plein de bonne humeur !

4 commentaires sur « Parlons tricot #2 : Ces animaux qu’on tricote »

  1. Je n’ai rien appris de particulier dans cet article. Mon plaisir à le lire, à constater sa clarté et ses illustrations, en est d’autant plus important.
    C’est léger comme la laine, bravo.
    (Le poil de lapin est absent, doublement bravo)

    J'aime

    1. Bonjour Mag, merci pour votre commentaire. Vous semblez avoir déjà une bonne connaissance du sujet traité, et vous avez tout à fait cerné la raison d’être de cet article, modeste et légère introduction au monde de la fibre. En effet je n’ai pas mentionné le lapin, c’est un oubli sans doute dû au fait que c’est une fibre que je n’ai jamais tricotée jusqu’ici. Sans votre commentaire je n’y aurai sans douté pas pensé, grâce à vous j’ai bien envie de tester cette fibre, merci et belle journée à vous !

      J'aime

Répondre à MAG Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s